Formation prise de parole en public

Richard Hamon & Mirta Roux

Structurer un discours

Voici une trame théorisée par Cicéron dans les règles de l’éloquence. Je m’y suis converti à la lecture de l’ouvrage de Stéphane de Freitas, « Porter sa voix », également auteur du documentaire à succès « A voix haute ».

Préparer un « discours classique »

La structuration d’un message autour du triptyque introduction > argumentation > conclusion est une valeur sûre, d’autant que nous l’avons largement pratiquée à l’école. Précisons maintenant à quoi chacune de ces parties sert et ce qu’elle contient.

  • L’introduction : elle sert à énoncer l’idée principale de son intervention et à contextualiser le sujet. Quand nous intervenons, nous avons tendance à considérer que le public connaît le thème et l’objectif de notre présence mais il n’y a pas d’évidence. L’auditoire doit comprendre très rapidement de quoi il s’agit, de la façon dont cela va se passer et ce que l’on attend de lui. L’annonce d’un plan peut donc être intégrée à cette étape mais elle est facultative.
  • L’argumentation : cette partie sert à donner du corps à votre intervention, à étayer votre discours. Elle va intégrer les points clés qui soutiennent votre idée principale, eux-mêmes structurés autour d’arguments illustrés par des exemples concrets. En cohérence avec l’objectif initial de privilégier l’impact, il est d’usage de se limiter à trois points qui vont structurer votre développement. Quant aux arguments, et c’est le conseil de Cicéron, il est préférable de positionner les plus forts au début et à la fin, et les plus légers au milieu. Dernier élément à ne pas négliger : les transitions entre chaque partie qui donneront de la fluidité à votre intervention.
  • La conclusion : cette partie va vous permettre de synthétiser vos idées. Pour la réaliser, vous pouvez vous poser cette question : « Qu’est-ce que je souhaite que le public retienne quand il va quitter la salle ? »
    C’est le moment de reprendre l’idée principale et les points clés de votre message en synthèse.
    Et pour finir sur une note qui va durablement marquer votre public, la dernière phrase a toute son importance. Il peut s’agir d’une citation, d’une formule personnelle qui résume votre pensée, votre ressenti ou d’une invitation à l’action.

Voici la trame de cette structure classique qui peut être adaptée selon notre objectif, les circonstances et notre public.

 1. L’introduction

 a) L’exorde  (la première phrase pour aiguiser la curiosité du public)

 b) L’énonciation du sujet  (le thème, le contexte, notre point de vue)

 c) Le plan (facultatif mais très utile pour guider l’auditoire)

 2. L’argumentation

a) La narration (la description de la situation, des faits)

 b) La confirmation (l’exposé des arguments)

    • Idée 1
      • Argument A + exemple A
      • Argument B + exemple B
      • Transition
    • Idée 2
      • Argument A + exemple A
      • Argument B + exemple B
      • Transition
    • Idée 3
      • Argument A + exemple A
      • Argument B + exemple B

c) La réfutation (des arguments opposés – peut être articulée avec l’argumentation)

 3. La péroraison (conclusion)

a) Le rappel de notre position (la synthèse de nos idées)

 b) La morale (optionnelle)

 c) La dernière phrase (invitation à l’action, ouverture…)

A vos discours !

DROP A COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :